Index du Forum

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

ENURESIE PERSISTANTE A TREIZE ANS

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Carrefour éducation
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Modérateur 4



Inscrit le: 04 Jan 2007
Messages: 5
Localisation: cliniques saint-Luc Bruxelles

MessagePosté le: Mar Juil 31, 2007 6:34 pm    Sujet du message: ENURESIE PERSISTANTE A TREIZE ANS Répondre en citant

DOSSIER ENURESIE

Question d ‘une maman préoccupée face à une énurésie persistante- Courrier reçu le 20/07

Monsieur,

J'ai lu avec grande attention votre article sur l'énurésie. Ma
fille de 13 ans en souffre depuis l'âge de trois ans (elle a été
propre environ une année puis elle s'est mise à faire pipi au lit.)
Je me permets de vous écrire car cela m'inquiète fort, je pensais que
tout se résolverait avec l'apparition des règles, mais il n'en est
rien et je crains que ce handicap se prolonge, ou, au pire, persiste
ad aeternum.

Depuis l'âge de quatre ans, elle a été sous contrôle médical et a
essayé, au cours de ces longues années, tous les médicaments
possibles (minirin, ditropan et même tofranil) sans résultat
véritablement probant. Des examens urologiques ont été pratiqués et
ont montré une vessie en forme de toupie et un sphincter
particulièrement puissant, aux dires du médecin spécialiste qui a
pratiqué l'examen. Sinon, rien d'anormal du côté rénal. Le pipi-stop
ne fonctionnait pas lorsqu'elle était petite (elle ne l'entendait
pas), elle l'utilise actuellement et il a permis une notable
amélioration du symptôme. Aujourd'hui, elle peut passer une semaine
sans faire pipi, puis tout à coup, trois à quatre nuits fortement
mouillées. Elle ne se réveille pas spontanément, sans pipi-stop.

A part cela, valérie a vu une psychologue , puis nous avons entrepris une psychothérapie familiale chez
le Dr… à Lyon qui a semblé dire que notre famille
fonctionnait plutôt bien. Il devait faire de l'hypnose avec elle,
mais cela n'a finalement pas eu lieu. Valérie est une jeune fille
très grande (1m77), plutôt soucieuse, intelligente (aucun problème
scolaire) et sportive (elle fait beaucoup de tennis et de natation).

Je lui dit que l'on doit arriver à bout de ce problème et
j'essaie de la conditionner le soir pour que la nuit se passe bien.
Il m'est arrivé de me mettre en colère, le matin, lorsque je devais
laver le drap, le duvet, quelquefois même le coussin. Aujourd'hui, je
pense que le temps presse et ma grande préoccupation est de savoir
si cela va s'arrêter un jour.

Quelles sont les caractéristiques des personnes énurétiques à
vie? Qu'est-ce qui fait que l'on n'arrive pas à remédier à ce
problème? Y a-t-il une relation entre l'énurésie et la sexualité, si
oui, laquelle? Ce sont peut-être les trois questions que j'aimerais
vous poser aujourd'hui. Je vous suis d'ores et déjà très
reconnaissante de bien vouloir me lire.


Réponse de JYH, le 27/07 :.

Chère Madame,


À la lumière de votre lettre, très sensible, je me hasarde à vous écrire ceci, non sans spéculations :

Personne n’ expliquera jamais avec certitude, ni à Valérie, ni à ses parents, pourquoi celle-ci reste si longuement énurétique, avec quelques irrégularités. Je fais le pari qu’il s’agit à la fois d’un problème physique et psychique, au sens large du terme.

Physique ? Peut-être quelque prédisposition génétique, de l’immaturité dans les circuits cortico-vésicaux, un mauvais et puissant réflexe conditionné qui s’est installé….

Psychique ? Oui, peut-être aussi, mais une signification psychologique est susceptible d’aller et de venir au fil du temps, de s’installer, de disparaître, de revenir… Peut-être à travers cette énurésie, une (petite) partie de valérie s’accroche-t-elle aujourd’hui à un morceau d’enfance, sans pouvoir des l ‘avouer….peut-être cette part d ‘elle-même goûte-telle là à un vague plaisir primitifif, comme celui de sucer son pouce. Par contre, je ne pense pas qu’il existe un lien entre une énurésie aussi chronique et un quelconque problème sexuel.

Ce que je pense aussi, en vous lisant, c’est que, au fil du temps, cette énurésie a installé trop d’interdépendance entre elle et vous. Certains enfants et jeunes adolescents s’accrochent et s’enlisent à un parent via des problèmes scolaires, des problèmes alimentaires. Ici,, cette énurésie a pris aussi au fil du temps cette fonction de garder – stérilement – sa maman tout près d’elle à partir d’un petit handicap.

Je ne sais pas si l’ énurésie de Valérie va guérir. Bien malin qui pourrait faire un pari là-dessus. Cela dépend de l’intensité des deux dimensions susceptibles de l’expliquer.

Mais ce que je pense, c’est qu’une condition nécessaire, si elle doit guérir un jour, c’est ce que vous, tous les adultes proches, vous désinvestissiez ce problème complètement et définitivement.

À 13 ans, Valérie connaît tous les moyens d’aide possible, elle peut elle se renseigner sur Internet, et elle a l’intelligence et la faculté de se gérer elle-même.

Bon résultat possible – mais pas certain – en 6à 12 mois….

Attention : ne suivez ce conseil que si vous êtes sûr du définitif, du « radical » avec lequel vous pouvez le suivre. Donc, si un jour, elle vous demande aide et avis, vous lui répondrez « Va en parler à notre médecin ». Si un jour elle dit « C’est fini », vous lui répondrez sobrement « Je m’en réjouis pour toi ». Mais si dans 18 mois, elle revient à la charge « C’est toujours là », vous continuerez sereinement à lui répondes « Dans ce domaine-là, je ne sais rien faire pour toi… »


Croyez à mes sentiments co-parentaux amicaux,


Réaction de la maman le 30/07 :

Merci mille fois pour votre message. Nous allons mettre votre
conseil en pratique (bien que Valérie assume déjà elle-même, mais
pas toujours, son problème et ses conséquences pratiques).
L'hypothèse d'une non guérison m'effraie car je ne vois pas comment
l'on peut entetenir des relations amoureuses avec ce genre de
"maladie". Et elle a 13 ans.

Réponse de JYH, le 31/07

L'on peut parfaitement entretenir des relations amoureuses avec bien des handicaps persistants, même ceux-là, si l'on a confiance dans ce que l 'on vaut globaelment et dans la capacité d 'aimer que l 'on a....
Mon conseil, c 'est que valérie assume pleinement et définitivement cette partie de sa vie, où, pour des raisons thérapeutiques, vous vous mettez complètement aux abonnés absents, même quand elle a et aura à l’avenir des passages à vide dans ce domaine....Il faut bien sûr qu'elle comprenne que ce n 'est pas une manière de moins l 'aimer, mais mieux , courageusement.
Bien à vous
_________________
j'espère pouvoir partager avec vous beaucoup d'idées autour de l 'éducation...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Carrefour éducation Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 18953 / 0